Ce que je retiens de 15 ans d’entrepreneuriat

Partager :
Bienvenue !
Si tu es nouveau ici, tu voudras sans doute recevoir ma conférence vidéo 100% OFFERTE « 5 étapes pour lancer ton business rentable »

Et ça y est on arrive à la dernière ! Grosse folie Summer Business ! Cette série spéciale pour l’été arrive à sa fin avec un dernier sujet, ce que je retiens de 15 ans d’entrepreneuriat. J’ai commencé en 2006 et je vais te livrer ce que je retiens, les pépites d’une montagne d’expérience en tous genres, du positif comme du négatif. Et j’aimerais te livrer 15 conseils, ce n’est pas dans un ordre précis, ce n’est pas exhaustif, mais qu’importe. En tout cas c’est ce que j’aimerais te transmettre aujourd’hui à travers cette vidéo.

 

1-    On sort toujours des pires situations

Même quand on pense que c’est la fin, même quand on pense qu’on va jamais s’en sortir, que ce soient des procès, des arnaques, des trahisons, un contrôle fiscal, et je cite tout ce que j’ai vécu, et peut-être pas tout. À chaque fois qu’on se dit ça y est c’est la fin, je me relèverai jamais de ça, je ne vais pas y arriver, c’est trop dur, je vais abandonner… Oui je me suis dit plein de fois en 15 ans que j’allais abandonner, que j’allais arrêter. Et en fait non, non, non, je n’ai pas arrêté, je n’arrêterai jamais, j’en suis maintenant sûr. C’est que quand tu connais des moments où tu penses que c’est la fin, que tu te remettras pas de ça, dis-toi toujours qu’au bout du tunnel il y a toujours toujours toujours toujours toujours une lueur d’espoir et que derrière l’orage ça laisse toujours place à un magnifique rayon de soleil.

Ah oui, je suis poète, ah la la ça y est je pars sur quelque chose de poétique en fin de fin de série, mais c’est comme ça que veux-tu. Donc pense à ça, pense à ce premier point, lorsque tu connaîtras des périodes de doute. Il y a toujours un moyen de s’en sortir et pour y arriver l’entourage, la routine, tes activités physiques, tes activités sociales, etc te maintiennent toujours la tête hors de l’eau et te permettent de t’en sortir. Donc attention à qui tu fréquentes, attention à ce que tu fais au quotidien, la méditation, le sport, l’alimentation etc, ça a un rôle clé ça a un rôle clé, même si ça paraît mineur comme ça.

2-    Ne pas chercher à convaincre ton entourage et laisser les résultats parler

Notamment au départ, quand on a envie de se lancer dans un projet de business, ou si tu fais un de mes programmes de formation et que tu as envie d’en parler à ta femme, à ton mari, à ton père, à ta mère, à ta sœur, à ton cousin, à des collègues de travail, à ta meilleure amie, guess what ? La plupart ne vont pas te suivre, ne vont pas comprendre et même parfois par amour ou par jalousie, vont tenter de t’empêcher d’aller plus loin. Non mais c’est de l’arnaque, ce n’est pas pour toi, tu ne vas pas y arriver, c’est trop dur… La meilleure façon d’agir dans ces moments-là, c’est de ne pas chercher à convaincre les gens de ton entourage même si c’est tentant, même si tu en as envie, même si c’est important pour toi qu’ils fassent partie de l’aventure, ne le fais pas. Et quand tu auras des résultats, laisse ces résultats parler.

Moi je l’ai connu quand je me suis lancé en 2006 dans le coaching séduction, relooking pour hommes, mes parents m’ont regardé bizarrement. Et même quand je faisais encore des études de communication et que j’ai lancé mon business en même temps, j’avais même des profs qui se foutaient de ma gueule. Je me souviens même une anecdote en cours, ça a même dérapé avec un de mes professeurs, on a failli se rentrer dedans ce n’est pas beau joueur, mais je ne pouvais pas me laisser traiter comme ça, de façon irrespectueuse, il m’avait dit que j’étais le Mickael vendetta de l’école. Je n’ai pas kiffé, ah, je n’ai pas kiffé. Même si je t’aime bien mickael, tu as fait tes preuves par la suite, mais je n’avais pas kiffé à l’époque, et donc j’ai dû défendre mon honneur. Et voilà si un jour mon prof regarde cette vidéo : bisous ! Ça s’est plutôt bien passé. Voilà donc laisser les résultats parler et être focus dans ce que tu as à faire.

3-    Tout est possible si on se donne les moyens et qu’on se bouge quotidiennement.

Rien ne se passe si on ne fait rien. Il ne peut pas y avoir de nouveaux résultats si tu ne fais pas de nouvelles choses, et c’est pas en restant dans ta chambre à rien foutre ou en rêvant d’un avenir meilleur, en te plaignant que la vie est difficile ou que c’est la faute d’untel ou d’untel, de l’état, des impôts, de ton meilleur ami, de ton associé qui t’a trahi ou je sais pas quoi. Non si tu veux t’en sortir et si tu veux atteindre les résultats que tu veux vraiment, que tu mérites vraiment, bouge-toi les fesses et fais-le quotidiennement.

Pareil encore à l’école quand j’étais plus jeune, on me disait Alexandre vous êtes un dilettante, en gros un jeune branleur, et même de mes stages me suis fait virer de mes stages comme un malpropre. Pareil toujours un peu le même genre d’anecdote avec mon prof, j’avais mon directeur de stage comme ça qui me prenait pour un blaireau incroyable, et même d’ailleurs tu étais en droit me prendre pour un blaireau incroyable, mais en tout cas en tant que blaireau incroyable, j’ai des super résultats et meilleurs résultats que mon prof et tous les stagiaires, les maîtres de stage réunis ensemble.

Donc spéciale dédicace à toutes ces personnes qui m’ont eu en tant que stagiaire, et qui m’ont dégagé, mes profs qui me parlaient avec mépris. Aujourd’hui je m’en fous, ça me fait marrer, et même sourire parce que je suis content de moi et parce que l’avenir m’a donné raison, la réalité m’a donné raison.

Qu’est-ce que je fais, au lieu de rager et de dire ouin, ils ont raison… Mais non bien sûr que non ils n’ont pas raison. J’ai bougé, j’ai charbonné fort sans m’arrêter et tu peux le faire aussi, et j’en suis là aujourd’hui, et j’espère que j’en serai là demain. Et quand je dis j’en suis là aujourd’hui, c’est rien un business à 7 chiffres qui fait plusieurs fois le million, on s’en fout en fait. Par rapport à Apple ou Jeff Bezos, c’est de la merde. Jeff c’est 13 milliard en une journée. Qu’est-ce que tu en penses 13 milliards en une journée, coquin. Bon je suis parti en live !

4-    Il faut ignorer les haters et se méfier des gros fans

Je m’explique. Des haters j’en ai tout plein, je suis sûr d’ailleurs que les gens vont me laisser plein de commentaires, genre ouin, c’est un arnaqueur, il connait rien à l’entrepreneuriat, t’es un looser machin… Enfin je sais plus, ils ont plein de formules. Et au départ ça peut toucher quand tu n’as pas l’habitude. Tu te dis mais non, les gens ne sont pas aussi cons et méchants. Il y a beaucoup de gens formidables, très sympas, inspirants, mais dans nos métiers on est exposés à du tout-venant surtout que lorsqu’on commence à voir des communautés intéressantes ou qu’on fait beaucoup de pub, et qu’on fait rayonner notre message et qu’on touche plusieurs centaines de milliers de personnes par mois, donc on tape les millions et quelques à la fin de l’année, forcément tu as toujours quelqu’un qui a quelque chose à redire sur toi et qui te connait mieux que toi. Il t’a entendu parler 30 secondes, et le mec il t’a jugé, mais ça fait partie du jeu.

Internet a donné la parole à tout le monde, et forcément à n’importe qui aussi. Je te conseille de ne pas y prêter attention. J’ai rarement répondu et quand je le faisais c’était vraiment que genre c’était pour le fun ou parce que la pique était tellement injuste que parfois je répliquais, mais je te le donne en mille, en synthèse, j’ai toujours, quasiment toujours regretté d’avoir répondu. Parce qu’en fait après, ça rebondit, ça discute machin, et tu te mets dans un état d’esprit tellement négatif de défense, ça sert à rien en fait on s’en fout. Si j’ai un hater, en fait. Pendant qu’il écrira il y aura mon modérateur qui va supprimer le truc. Je serai dans ma piscine, toi tu seras dans ta jalousie.

Et pour les gros fans il faut s’en méfier aussi moi je n’aime pas trop. Si tu aimes ce que je fais je trouve ça génial je te remercie merci de e suivre et de me donner de la force c’est top, mais les gros gros fans parfois, les personnes que je rencontre et qui pleurent quand elles me voient ça m’est arrivé, elles me font des gros câlins comme ça d’un quart d’heure, je n’aime pas trop. Je m’en méfie parce que l’amour est trop fort en fait, même si j’apporte de la valeur, ce n’est pas équilibré et cette surenchère émotionnelle, ce sur amour peut vite se transformer en haine. Et je le dis souvent : vos premiers fans peuvent souvent devenir vos premiers haters. Parce que pour moi, un hater et un gros fan, c’est quasiment le même niveau émotionnel. C’est juste qu’ils n’ont pas la même polarité en fait, ils n’ont pas le même avis, ça peut changer. Donc au final ignorer l’un et se méfier des autres, c’est la bonne formule et c’est une des façons les plus efficaces de se protéger émotionnellement, énergétiquement à travers les années, notamment si tu fais aussi des séminaires physiques comme je peux le faire aussi une fois par an. Ça préserve de toujours prendre du résultat, du recul pardon, ça amène les meilleurs résultats, à savoir aussi que il faut éviter les grandes variations émotionnelles que ce soit soi-même ou pour les autres, parce que la vérité se trouve dans les équilibres. Tu n’es jamais une immonde merde et un génie exceptionnel, c’est toujours entre les deux, c’est selon l’humeur du moment et l’agenda. Quand je pense à Elon Musk par exemple je me compare pas, mais il y a des gens qui trouvent que c’est un génie ou un fou furieux raté, c’est des méga polarités, je pense que la vérité est entre les 2.

5-    Prendre des risques ça paye très souvent

Alors oui ça peut foirer, oui ça peut ne pas se finir comme prévu, tu peux être déçu, mais avoir quitté la France pour m’installer à l’île Maurice alors qu’on avait un bébé de 3 mois et que l’on ne connaissait personne et qu’on changeais notre routine du jour au lendemain après 15 ans de présence à paris, c’était un risque, un gros risque. Et au final ça a payé. Aujourd’hui je suis extrêmement heureux de vivre ici et d’avoir arrêté mes activités en France, ce pays de l’enfer pour entrepreneurs, et de continuer ainsi. On ne sait pas de quoi demain est fait, mais en tout cas ces risques-là ont toujours été payants, et plus tu prends des risques mesurés, même si ça fait flipper, et plus tu peux créer les résultats exceptionnels.

Comme le dit Éric Reis dans son livre Lean start-up, l’entrepreneur c’est quelqu’un qui accepte de vivre dans l’incertitude, je dirais même dans l’accumulation de prises de risques contrôlés on va dire, et pas des risques de psycho, mais je dois dire que c’est souvent ce qui a payé dans mon cas, de tenter des innovations, de mettre un gros budget dans un endroit, un poste où personne ne le faisait, et ça s’est avéré ultra payant, investir dans beaucoup de publicité, de me former, de former mon équipe aussi, de parier beaucoup sur les humains, sur les gens qui m’accompagnent dans l’entreprise aussi, c’est une forme de risque, de partager les parts du gâteau avec eux. Donc voilà ça c’est quelque chose que je t’encourage à faire régulièrement.

6-    L’environnement est un facteur-clé de réussite

Lorsque au départ j’ai commencé et que j’habitais dans un minuscule studio d’à peine plus de 10 mètres carrés à paris mansardé, et je devais être comme ça dans la partie bureau et aujourd’hui je vis dans une villa à Maurice, je sais pas combien de mètres carrés, tout est trop grand ici, mais c’est très agréable, dans un magnifique jardin, une météo, là on est en hiver il fait 25 degrés, il y a du soleil, tu entends les oiseaux, et ça ça change énormément. Je vais au travail, je traverse juste mon patio pour aller dans le bureau qu’on a aménagé dans cette grande villa en fête, j’y vais pieds nus, là je suis pieds nus, il y a Moumine qui me rend visite, quand je suis fatigué je vais au resto avec mes collègues, mes potes ma famille, la plage, et je fréquente aussi beaucoup, enfin quasiment que des entrepreneurs et des entrepreneurs web précisément. Il y a une énorme différence lorsque tu es le seul de ton environnement à te lancer dans un projet d’entrepreneuriat par rapport à quelqu’un qui est entrepreneur et qui fréquente que des entrepreneurs, quand tu es seul dans un projet d’entreprenariat et que tu fréquentes que des salariés personne te comprend, tout le monde te limite.

Tu vas me dire ouais Alex, c’est un peu des clichés, mais non en fait parce que quand tu es dans un milieu où il y a personne que du sport, il y a pas un sportif et quand tu fréquentes que des mecs qui vont à la muscu tout le temps, tu finis plus tanqué que la moyenne et que ce à quoi tu étais prédestiné. Là c’est pareil, quand tu es un entrepreneur et que tu fréquentes que des entrepreneurs qui ont une vie d’entrepreneur et qui kiffent le succès, forcément tu vas être tiré vers le haut. On est la moyenne des personnes qu’on fréquente le plus. Et l’environnement est vraiment créé là où tu vis au quotidien, là où tu travailles au quotidien, ce que tu fais au quotidien, les gens que tu fréquentes au quotidien ont une incidence énorme pour ta réussite, mais vraiment vraiment. Moi je suis presque extrême, c’est-à-dire que je n’ai gardé aucun contact d’amis d’enfance, de l’école primaire, de collèges, ni même de lycée, et presque même c’est malheureux ou pas on s’en fout en fait, avec des collègues d’école de communication, même là je n’ai pas gardé le contact en fait. J’ai comme amis des gens que je côtoie régulièrement ou de temps en temps qui sont entrepreneurs, et plus précisément entrepreneurs web, et ça me plaît, je vais pas te le cacher ou dire le contraire, je vais pas me cacher, ça me plaît, c’est un choix qui peut paraître excessif ou pas, en tout cas c’est un choix qui me correspond et j’ai envie de m’entourer que de personnes positives dans ce business, à leur compte, qui sont pas là pour se plaindre de la conjoncture, de la politique, du Covid ou de je ne sais pas quoi, qui prennent la responsabilité, qui prennent leur destinée en main en fait et qui aiment ça.

Franchement après 15 ans, j’ai vraiment changé du tout au tout mon environnement, et c’est même moi et je le dis en toute humilité, qui fais en sorte de tirer aussi les autres dans cet état d’esprit positif, que ce soit ma famille, mes proches, de toujours quand il y a une difficulté, d’aller chercher une solution, d’aller chercher des résultats et de ne pas être dans la loose en fait. Quand tu es dans la loose et quand tu fréquentes des gens dans la loose, c’est très difficile de se dépêtrer de ces situations. Et je ne dis pas que les gens qui gagnent pas d’argent n’ont rien compris, c’est que je m’épanouis dans un milieu entrepreneurial c’est tout, et les autres vivent leur vie et c’est très bien comme ça. De toute façon, je ne suis pas quelqu’un de particulièrement peut-être facile à vivre. Quand on ne vit pas de la même manière que moi ou qu’on n’a pas la même vision entrepreneuriale que moi, c’est vrai que je ne dois pas être forcément agréable de me retrouver avec des inconnus qui sont fonctionnaires par exemple, et je risque d’être un gros con mais voilà, mais au moins je l’assume, j’assume. Ça me fait pas rêver en fait, ça me donne envie de sauter de la cité administrative de Melun, tu vois ce que je veux dire, donc voilà. Bon je lâche tout, dernière vidéo je dis ce que je pense.

7-    Personne n’est irremplaçable

Même toi, même moi dans mon propre business. Je le sais parce que plus mon business se développe, et plus je vois qu’il y a certains rôles, certaines fonctions que je faisais avant et je considérais que j’étais le meilleur, ce n’était pas forcément en fait le cas, et il s’est avéré que ce n’était pas forcément la réalité, que d’autres personnes peuvent le faire et parfois même mieux. Donc toujours prendre un peu de recul sur qui on est et où on peut mener notre barque, et ce qu’on produit, de toujours se dire OK c’est bien, mais non plus ne prends pas la grosse tête, fais ce que tu as à faire, contribue. Et pareil pour les gens avec qui tu travailles, parfois tu te dis que ces personnes-là si elle partent, je pourrai plus jamais avoir les mêmes résultats qu’aujourd’hui, mais c’est pas vrai en fait. Ce n’est pas vrai parce qu’il y a une autre personne qui va apporter un nouveau talent que tu n’avais pas vu, que tu n’avais pas compris, ou que tu ne pensais pas nécessaire à un moment donné, qui l’est en fait et qui apporte plus de valeur que la première personne avec qui tu travaillais.

Avant de travailler avec mon bras droit Gaël Marin, j’ai travaillé avec 2 personnes clés qui avaient à peu près ce même rôle avant, mais pas exactement parce qu’effectivement le fait justement d’avoir rencontré Gaël et de travailler avec lui a largement complété et apporté beaucoup plus que les rôles que j’avais avant qu’il travaille avec moi. Et à chaque fois que je travaillais plus avec ces personnes-là je pensais que c’était la fin du monde, mais pas du tout. À chaque fois ça m’a permis de level up encore et toujours et de comprendre qu’en fait ça va dans les deux sens. Personne n’est irremplaçable. Donc travailler avec un ego contrôlé, avec toujours de la prise de recul si possible, et de comprendre aussi qu’en face il y a des cycles, il y a des gens qui rentrent et les gens qui sortent, et c’est ok.

8-    Le succès est un état d’esprit, l’argent est une conséquence.

Le succès ce n’est pas un facteur extérieur, ce n’est pas ça, ça, ce n’est pas ça, ce n’est pas Moumine, ce n’est pas un truc extérieur, c’est une façon d’être au quotidien régulièrement, comme pratiquer un sport, c’est quelque chose d’interne qui crée des résultats externes. C’est pour ça que je dis que l’argent est une conséquence de cette façon de penser, de cette façon d’être au quotidien. Si tu es défaitiste, négatif et pleurnichard au quotidien, cet état d’esprit va avoir des conséquences de m…. Dans ta vie, ce qui fait qu’en étant comme ça, tu risques d’avoir une vie de m….., un appart de m…., un paye de m…., des potes en carton et une santé de m…. Oui c’est vulgaire, on s’en fout en fait, c’est la réalité. Si aujourd’hui tu te dis mon entourage est pas top, je suis mal payé, je vis dans un trou à rat, mais tu ne t’es jamais posé la question de savoir si ça venait pas de toi ? Ah oui ça fait mal, mais je suis passé par là donc je peux le dire. Comme disait mon pote David Laroche, à l’époque il était déprimé, adolescent c’était avant qu’il devienne le David Laroche avec un D majuscule, il disait à sa mère « je n’aime pas ma vie maman, c’est de la merde ». Et sa mère lui a dit : « mais si tu n’aimes pas ta vie tu la changes ». Si tu n’aimes pas ta vie, tu la change, si tu n’aimes pas ton business tu le changes, si tu n’aimes pas tes amis tu changes, si tu n’aimes pas à quoi tu ressembles tu changes, that’s it. Et c’est ça qu’il faut comprendre, c’est que le succès n’est pas un événement externe, c’est une route, une façon d’être, une façon de penser, une façon d’agir qui génère des conséquences positives.

9-    Avoir une équipe de champions est indispensable pour progresser

Ça va un peu avec mon approche dans Prisonnier du succès, mon livre, de solopreneur – artisan, qui est limité à un certain moment donné, à chef d’entreprise. Mais avoir une équipe c’est bien, mais une équipe de bras cassés, sous-payés ça sert à rien, il faut une équipe de champions avec qui tu partages les parts du gâteau. Au début, tu te dis mais j’ai pas envie, je préfère tout garder pour moi, ou une grande partie, puis payer les gens en mode salarié pour un petit boulot juste comme ça, et payer le moins possible. Mais en fait non, c’est indispensable pour progresser et quand tu travailles avec des champions, des A players, tu es tellement tiré par le haut en voyant comment ils sont, comment ils agissent, en voyant ce qu’ils créent. Quand Gaël a mis en place toute une structure d’automatisation, de délégation, de management agile, quand on s’est formés en holacracy, en excellence collaborative, et qu’après j’ai rencontré Hugues qui m’a fait un coaching terrain, etc, à chaque fois je dis waouh, mais ça envoie du lourd quoi, ces mecs là ils sont brillants. Quand je vois Vedank qui fait du Traffic management, qui gère les campagnes de Google, Facebook, et que je vois le niveau, je me dis, mais c’est excellent franchement. Ce n’est pas 1000 fois mieux d’être entouré de personnes brillantes comme ça ? Antoine qui fait les vidéos, les tournages, les photos, tu as envie de faire honneur à tout ça, et tu as envie de charbonner, de montrer que toi aussi tu es bon dans ce que tu fais, ça te challenge, tu n’es pas là en mode je sais tout, j’ai tout compris, j’ai tout fait. Rien que pour l’inspiration et la complémentarité que ça peut créer c’est tellement magique, il faut vivre ça au moins une fois dans sa vie. Donc avoir une équipe de champions c’est indispensable.

10-  Apprendre à bien se connaître

Il est essentiel d’apprendre à bien te connaître, d’apprendre à bien se connaître, pour savoir comment bien piloter une entreprise. Là où il faut aller, là où il ne faut pas aller, là où tu es bon, là où ne t’es pas bon. Je parlais de talent, j’ai suivi un coaching de Hugues pour la découverte du talent, mais quand tu découvres ton talent, on a plein de talent mais il y en a une, il y a un talent particulier qui est le plus gros driver de notre succès en général, et ce talent exprimé dans de mauvaises conditions ou dans certaines circonstances devient un talon d’Achille, c’est-à-dire que ça se retourne contre toi.

Et mon talent, c’est aller droit au but sans se faire suer. C’est-à-dire que si j’ai pas un objectif clair, identifié, qui me permet d’aller tout droit en enlevant les trucs les plus relou possible, si j’ai pas ça, je vais pas passer à l’action, je vais trouver ça trop compliqué, trop alambiqué, avec trop d’étapes superflues, je vais pas y aller si j’arrive pas à trouver une direction Pareto, efficace, minimaliste, en mode dose minimale effective de Tim Ferriss. Si je n’ai pas ça, je n’y vais pas. Parce que droit au but oui, mais pas en galérant comme un galérien. C’est pour ça que je parle souvent du restaurant de mes parents où je voyais mes parents se tuer à la tâche je ne peux pas faire ça, je ne peux pas travailler là-dedans. Et quand tu sais que c’est ça ton mode de fonctionnement, ça explique tellement de choses. Ça explique tellement aussi parfois un détachement total, un manque d’implication total sur des trucs qui pour moi sont fumeux et j’y touche pas j’en veux pas, et par contre ça te permet aussi d’être une énorme Ferrari dans là où tu es bon et dans ta façon d’être, ta façon de faire. Donc si je n’avais pas fait ce coaching talent, je ne me connaîtrais pas autant à point-là, et je n’aurai pas autant de progression dans mes résultat et ça me permet aussi de collaborer encore mieux avec ma team qui eux-mêmes ont suivi ce coaching talent. Là je te parle d’un point de vue pro mais personnellement aussi ça joue tellement, ça apprend tellement à se connaître. J’ai fait des accompagnements en gestalt-thérapie, j’ai un thérapeute aussi pendant une année et ça m’a beaucoup appris, de faire part de mes fragilités, de mes événements compliqués, des choses où j’ai été pas spécialement intelligent ou malin ou plein de choses comme ça, et cette façon de s’ouvrir et d’accepter une part de faire preuve de vulnérabilité. Mais pas faire style, non, la vraie. Ça permet de te donner de la force aussi, de découvrir qui tu es vraiment, qu’est-ce qui te fait vraiment peur, qu’est-ce qui te fait du bien, qu’est-ce qui te rend fort, qu’est-ce qui te rend plus faible…

11-  C’est en continuant à avancer qu’on trouve des solutions

La clarté vient de l’action et pas de la réflexion. On réfléchit à posteriori et pas a priori. Donc si tu es face à un gros problème, ne t’arrête pas en disant panique panique panique. Continue à faire un petit peu, continue toujours et trouve des solutions sur le chemin, parce que c’est comme dans la règle des 5 secondes de Mel Robbins. La règle des 5 secondes, c’est lorsque tu dois passer à l’action, fais-le dans les 5 secondes. Active toi physiquement, mets en place un process de changement, il faut faire quelque chose vite, tout de suite, maintenant, ce qui permet vraiment de solutionner des choses. Donc les solutions, on les trouve pas en se posant comme ça et en disant mais qu’est-ce que je pourrais faire, c’est en testant des choses. A, B, C, D, c’est pas ça, E, F, G, H, ce n’est pas ça, continue, continue, tu vois le truc ? C’est exactement ça.

Eh oui à un moment donné tu vas te dire mais c’est qui ce mec, c’est Jean-Claude Van Damme, mais moi je l’aime Jean-Claude, il dit plein de choses justes : “j’adore l’eau, dans 20-30 ans il n’y en aura plus”. Et c’est parfois un peu taré aussi tout ça. Quand tu as 15 ans d’expérience à partager, il y a des choses qui te paraissent un peu… Et pourtant je te dis la loi de l’attraction, la spiritualité, les lois de l’univers et tout, ce n’est pas trop ma grosse came. Je fais du dev perso bien sûr un petit peu, mais pas trop non plus tu vois, donc je suis modéré.

12-  Assumer ses ambitions, quitte à passer pour un taré mégalo

Je me souviens d’un dîner que j’ai eu avec mon beau-père il y a peu de temps de ça, qui me disait : quand est-ce que tu vas passer ton permis de conduire ? Puisqu’à 33 ans à l’heure où je fais cette vidéo, j’ai toujours pas mon permis de conduire, j’ai passé 15 ans à paris puis après je n’ai pas eu le déclic, mais je vais le faire. Il me disait : mais tu vas acheter quoi comme voiture ? Et ce que j’ai répondu c’est que ça m’intéresse pas d’acheter une voiture intermédiaire ou cool genre BMW, Mercedes ou Porsche. Au départ ça sera vraiment une voiture de merde tu vois, une Kia un truc qui roule. J’ai dit, moi c’est simple, si j’achète une voiture pour me faire plaisir, ce sera une Rolls Royce ; ça sera Rolls Royce ou rien. Et c’est pareil avec les montres, ce qui me fait kiffer, c’est pareil avec ma vision sur la maison que je vais acheter ou là où j’ai envie d’aller. C’est un truc qui me fait kiffer.

Je ne veux pas un truc intermédiaire dont il faut se contenter. Pour l’instant je ne fais pas, j’attends, je bosse tranquillement et boom ! Quand je suis prêt je le fais, j’y vais à fond. Et ça, ça me fait kiffer. La plupart des gens vont me prendre pour un taré mégalo mais on s’en fout parce qu’on fait ça pour nous, tu fais ça pour toi, je fais ça pour moi pour ceux que j’aime et ce qui m’inspire, on s’en fout.

13-   Rester hermétique face aux discours de losers

J’en ai un peu parlé, mais tout ce qui est médias, les gens défaitistes, les Jean-Pierre Loose, et tous ces gens-là qui disent c’est pas possible, ce n’est pas vrai, t’es un mytho, ça peut pas marcher, c’est la crise… Hermétique. Œillères, on continue, on trace sa voie. Il y a toujours des gens qui quand ils me croisent ou qu’ils me découvrent, ou qui me revoient après tant d’années, ils ne croient pas aux résultats que j’ai aujourd’hui. Mais je n’en parle jamais si on me demande pas en fait.

Et parfois ça peut agacer les gens, de voir le succès chez les autres, parce qu’eux n’ont pas évolué. Et j’ai commencé à faire une diète médiatique il y a plus de 10 ans, et quand je regarde de temps en temps, c’est rare pour des choses particulières, comme après le coronavirus, le confinement, les dates d’ouverture des frontières etc, donc j’ai dû regarder un petit peu dans les médias. Mais c’est l’enfer ! C’est l’horreur, c’est l’horreur, c’est impossible d’avoir un cerveau, un cerveau sain et une motivation au top en regardant ça. C’est impossible aussi quand tu fréquentes des personnes même si tu les aimes bien, même si elles font partie de ta famille ou des amis, qui ont des discours de losers, il faut rester hermétique point barre. Et ne pas l’accepter. Dire non, je ne pense pas pareil que toi. Pas chercher un argumentaire ça sert à rien, ce n’est pas une discussion, c’est un fait. J’ai entendu ce que tu dis, je pense que c’est de la daube, mais merci quand même.

14-  Se récompenser et profiter régulièrement

C’est absolument indispensable. Charbonner pour charbonner, la souffrance pour la souffrance, le coup de fouet dans l’eau, non. À chaque fois que tu atteins un objectif 100 000 euros, 500 000 euros, 1 million, ou tu as fait un séminaire avec tant de personnes, tu as vendu ton produit etc, fête-le, va au restaurant avec les gens que tu aimes, fais péter la bouteille de champagne, va en boîte de nuit si ça te plaît, fais une excursion, fais un voyage peu importe, fais quelque chose, célèbre. Ça va ancrer le circuit de la récompense dans ton cerveau et l’habituer à en vouloir plus, à aller chercher plus et mieux. C’est indispensable aussi de prendre du recul, te relaxer, profiter et te dire waouh, on a réussi à faire ça, c’est beau quand même, c’est cool. Moi je le fais après mes séminaires, le dernier séminaire qu’on a fait on était plus de 600, mais à la fin tu te dis c’est cool et peut-être dans 10 ans je me dirai mais c’est rien, là dans un séminaire on était 5000. Peu importe, moi je suis content. Je l’ai fêté avec ma team, restaurant, verre etc, et c’était cool. Fais-le aussi c’est important.

15-  Entreprendre c’est le meilleur levier de liberté au monde

Et oui j’en suis convaincu, l’entrepreneuriat m’a tout apporté, il m’a éduqué, il m’a rendu ce que je suis aujourd’hui et que je serai j’espère en mieux demain. Dans une société capitaliste, ce n’est pas un jugement, c’est une observation, entreprendre permet de gagner à la force de ses actions sa liberté et de s’affranchir de la grande majorité des contraintes liées à un mode de vie moderne salarié, contrôlé par des autorités. Tu peux voyager, tu peux t’installer à l’autre bout du monde, tu peux dire f… à des instances, à des pays, à des gens, et vivre ta vie en inspirant, en rendant service, et en apportant de la valeur à toi, tes clients et ta famille.

Je terminerai là-dessus, j’espère que tu as kiffé. C’était la série Summer Business. Applique, passe à l’action, ça vaut le coup. Et pour aller plus loin, tu as ma formation gratuite les 5 étapes pour lancer ton business sur Internet. Tu peux aussi prendre un entretien téléphonique avec mon équipe pour faire le point et savoir comment on peut t’accompagner vers le succès.

J’espère que je t’ai inspiré, oui c’était long, et oui c’était un peu moi, ma vie, etc, mais j’avais envie de contribuer là-dessus sur cette vidéo-là. Il aura fallu 15 ans d’expérience pour pouvoir la faire aujourd’hui, donc je te la partage ; dis-moi ce que tu en penses.

Je te remercie, c’était Alex Roth et je te dis à très bientôt. Et si tu as des idées pour une prochaine vidéo parce que cette série est finie, mais ma chaîne n’est pas finie, donc n’hésite pas à me le dire aussi en commentaire ça me fera plaisir. Merci, ciao !


🎁 Lance ton business rentable en partant de zéro : https://alexandreroth.com/masterclass
☎️ Profite d'un entretien téléphonique OFFERT avec mon équipe : https://alexandreroth.com/entretien

Une question, un avis ? Échangeons !

Notre site utilise des cookies. Avec votre consentement, nous les utiliserons pour mesurer et analyser son utilisation (cookies analytiques), pour l'adapter à vos intérêts (cookies de personnalisation) et pour vous présenter des publicités et des informations pertinentes (cookies de ciblage).

Conférence vidéo OFFERTE: Comment doubler ton business en 3 mois ?